Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Action culturelle - Archives > Enigma Piñata
Par : B. Martin
Publié : 17 décembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Enigma Piñata

Mardi 17 décembre 2013 à l’occasion du repas de Noël, la cantine a été décorée de piñatas réalisées par des élèves de Seconde et Première à l’initiative de Mlle Moreno notre assistante mexicaine.
A cette occasion, une piñata garnie de bonbons était à gagner. Il fallait répondre à une énigme que voici :

¿Quién soy ?

- De allí es la señorita moreno.
- No soy ciudad sino estado.
- Un hermano gringo vive a mi lado.
- La bota italiana parezco.
- En mi punta cantan los cetáceos.
- A mi lado duerme el pacífico.

Traduction et explications pour les curieux

- De là-bas est Mlle Moreno (C’est le nom de Tamara, trop dur...)
- Je ne suis pas une ville mais un état. (Le Mexique est un pays composé d’états)
- Un frère gringo vit à mes côtés. (Les USA, tout près)
- Je ressemble à la botte italienne. (Bein, regardez la carte)
- A ma pointe chantent les cétacés.
- A mes côtés dort le pacifique. (l’océan, pas Gandhi)

Sinon, il y a la traduction de Google, ja ja ja.

Et la réponse était la Baja California !

La Basse-Californie, l’état tout au nord-ouest du Mexique.


Agrandir le plan

Les heureux gagnants

¡Enhorabuenas a ellos, hacía falta romperse el coco ! ;-)

Le saviez-vous ?

La tradition des Piñatas, associée en Europe aux anniversaires d’enfants, est à l’origine une tradition religieuse de Noël originaire du Mexique : les sept pointes représentent les 7 péchés capitaux.
En brisant la Piñata les yeux bandés pour récupérer les bonbons, on détruit symboliquement le Mal !

JPEG - 42.2 ko

La piñata et les Aztèques

"On raconte que la première Piñata s’est déroulée dans le monastère des Augustins, non loin des célèbres pyramides de Teotihuacan, en 1587, lorsque coïncidèrent les dates des célébrations de Huitzilopochtli, dieu aztèque de la guerre, et de Noël.
Les religieux espagnols brandissaient un objet représentant le diable et ses tentations ; les indigènes étaient invités à se défaire du mal en brisant la piñata, les yeux bandés, témoignage de leur foi aveugle en la religion."

Sources : http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/noelepiphanie.html#pinata

Más detalles